ETAPE 11 - Le TEMOIGNAGE de Thierry

August 8, 2019

Thierry a embarqué à Toulon pour 7 jours de mer en compagnie de Loïc, Olivier son pote de toujours et Benoit le skipper....

 

 

 

Il nous raconte sa première expérience de marin :

 

"Un escargot de mer.

Avant que s’évaporent les embruns des souvenirs et que le goût du sel disparaisse de ma peau je voudrais consigner ce que j’ai retenu de cette semaine passée à bord du Sochris e
n Méditerranée de Toulon à Barcelone.
 

 
Pas un carnet de bord laborieux des heures de navigation qui n’en fut qu’à moitié une. Pas le détail des routes empruntées car à l’échelle du monde c’est juste au bord d’une baignoire que nous avons voyagé.


Ce que je veux dire ici de ce moment partagé, c’est sa subtilité.

 


Mon ami olivier m’a invité il y a quelques années à imaginer de partager ensemble une de ses passions, la navigation à bord d’un voilier. Lorsque, sur les réseaux sociaux, j’ai découvert Cap Handi et les possibilités qu’offrait cette structure j’ai relancé l’histoire et c’est entre désir et appréhension que je me suis inscrit.

 

Même si je suis voyageur, une semaine en bateau figurait pour moi le summum de la sortie de ma zone de confort.

 

Sujet au mal de mer, paraplégique et loin de la jeunesse … l’idéal du marin !

 


Mon pote étant partant nous nous sommes retrouvés sur le quai de Toulon où nous attendait « Captain Ben », un gaillard buriné à la voix rocailleuse.

 

Sa carrure rassurante et celle de mon pote pouvaient au moins me garantir les coups de main nécessaires à me manipuler.

 

Déjà un point de gagné … !

 


L’humour déjà partagé par écrit à continué « live » immédiatement. L’attention simple et pratique ont contribué à faciliter les préparatifs d’embarquement qui dés le départ ne fut pas un départ !

 

 
Partis pour rester pour cause de Mistral ou bien de pas de vent et tout un tas de trucs qui font que la navigation à voile ne ressemble en rien à ce qui se passe à terre.

 

 
L’avantage des années de « bourlingue » des uns et des autres fit que le plan B fut un plaisir à terre. Une improvisation circassienne dans un lieu idéal. Un partage de plaisir.

 

 

Loïc nous a rejoint et l’équipage au complet, nous avons embarqué trouvant chacun nos marques avec naturel.

 

L’attention de chacun, de certains plus que d’autres (question d’expérience) fit que nous avons cohabité au mieux dans cet espace clos sur une mer immense.

C’était parti et en pointillés de calanques en ports et puis de ports en rades, à voile et à moteur, nous avons pris la mer.

 

  
Au lieu de la nausée attendue c’est une sensation d’osmose qui m’à envahi peu à peu.

 


Ce que j’avais pu lire des récits d’aventure ou de pirates prenait corps.

 

J’ai commencé à ressentir les éléments qui m’entouraient et faute d’y participer activement j’ai vu l’intelligence des gestes qui rendent possible le mouvement volontaire.

 

La mobilité sur l’eau, une de plus !

 

 

Un plaisir partagé dans une sorte d’ivresse, un décalage (je réalise que décaler peut aussi signifier sortir de sa cale , ou encore retirer ce qui bloque …)

 

Le temps change de forme et c’est l’équation permanente de la position, des éléments, des ressources et des actes qui dictent la marche à suivre si on veut atteindre l’objectif qu’on se fixe.

 

 

C’est la métaphore de la raison et de l’intelligence combinées. Je comprends et je ressens une nouvelle dimension de la mobilité. C’est un plaisir parfait quand au creux de la nuit en gîtant dans la houle, on ressent l’univers et que dans le sillage les traces luminescentes des planctons agités font naître des galaxies qui répondent aux étoiles.


Ce sont des instants magiques, puissants et profonds.
 

 
J’ai eu la joie d’y goûter pendant cette semaine et ce plaisir immense compense les quelques aléas de la navigation.

 

Le plaisir des mouillages dans des lieux magnifiques, les bons moments à bord, les histoires partagées, les rencontres aux ports sont autant de pépites que j’ajoute à mon trésor d’escargot voyageur.

 

Au fond de ma coquille un coffre de pirate s’est garni de souvenirs.

 

 
Au changement d’équipage, au port de Barcelone c’est encore l’ivresse et le décalage qui m’ont emporté vers le reste de ma route.

 

Dans mon bagage , de l’amitié, de belles images, des sensations et surtout le désir de continuer et de recommencer à voguer vers d’autres horizons.

 

 
Un grand merci au capitaine et à mes coéquipiers pour la joie de ce voyage ainsi qu’à ceux qui me succèdent pour le plaisir de notre rencontre.

Bonne navigation !

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Épopée Méditerranéenne

June 27, 2019

1/2
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives